La mission de vie

Découvrez l’intégralité du podcast et de la vidéo sur la mission de vie.

La « mission de vie » ou la « mission de l’âme ». On en parle beaucoup ces dernières années, on la recherche, mais qu’est-elle exactement ?

Qu’est-ce que la mission de vie ?

Il y a des alternatives pour avoir des idées de missions de vie, mais il faut voir comment on est influencé par ces dernières. On peut parler d’alternatives astrologiques, numérologiques, thérapeutiques. Il y a également le coaching, autant d’outils qui amènent à une mission de vie. Je pense que sa mission de vie, elle est basée sur ses besoins vitaux. C’est beaucoup plus large que ça, c’est certain, mais la mission de vie, si on devait partir de quelque chose, c’est de poser ses besoins. Ces besoins ne dépendent pas de ses connaissances, son entourage, de sa famille, de ses proches, de ses enfants, de sa femme, de son conjoint, de ses parents etc.  Il y a des phases de vie mais il y a aussi quelque chose de beaucoup plus englobant. C’est un peu comme créer sa propre carte du monde.

Doit-on passer par un déclic ou une prise de conscience ou différentes étapes pour trouver sa mission de vie ?

Je pense que dans cette vie très mouvementée, on n’a pas toujours le temps de se poser cette question. Donc, on se l’impose à cause parce de notre rythme de vie effrainé. Mais, il arrive assez souvent qu’à un moment donné, il y ait un choc, une prise de conscience. Je pense, encore une fois, que c’est très souvent le cas. Parfois, cela arrive très tôt. D’autres fois, cela arrive beaucoup plus tard ou pas du tout. Mais je pense que poser sa mission de vie, ça part souvent d’une prise de conscience.

Est-ce que notre âme et nos vies antérieures ont une importance et une influence sur notre mission de vie ? 

On n’a pas toujours la capacité de la lisibilité de le faire. Mais en effet, je pense que notre âme et nos vies antérieures ont une importance. Notre mission de vie ne dure pas quatre-vingts ou quatre-vingt-dix ans, soixante ou cent ans, peu importe. La mission de vie a son influence du passé. Il ne s’agit pas de parler de son passé sur cette vie actuelle, mais des vies antérieures, parallèles.

Est-ce que des influences externes peuvent avoir des influences sur notre propre chemin, sur notre propre quête personnelle et professionnelle ?

Pour moi, c’est  un choix. Ça dépend de notre niveau d’influence. À partir du moment où il y a une interaction, même si elle est pas en paroles, ça rejoint la fréquence, ça touche à notre fréquence, donc forcément que ça joue.Est-ce que ça joue sur notre mission de vie ? Peut-être que ça la retarde, peut-être que ça l’accélère, peut-être que ça l’agrandit, peut-être que ça fait la fait freiner, en créant des peurs. Peut-être que la conscience de notre mission de vie sera peut-être un peu plus claire, après, ou freinée, encore une fois.

Qu’est-ce que la simplicité et en quoi la mission de vie c’est finalement l’art d’être simple ?

Je vais peut-être avancer sur l’aspect synonyme des choses, mais je dirais que l’art d’être simple, c’est un petit peu comme les objectifs communs. Par exemple : « Moi je veux une maison, un chien, une belle voiture, je veux partir en vacances, etc. ». Je pense qu’en réalité la simplicité, c’est de se dire aussi qu’on reste libre et qu’on ne s’impose rien. Ça libère véritablement d’un certain stress. La mission de vie, si on l’associe à quelque chose de simple, c’est quelque chose qui pressurise pas, qui ne met pas, quelque part, un objectif. Chaque chose est une opportunité d’avancer. Restons simple !

Est-ce qu’il y a des outils ou des méthodes pour pouvoir trouver un peu sa mission de vie et puis l’incarner aussi durablement et continuer sur ce chemin personnel ?

Il faut suivre ses envies. Des outils il y en a, mais encore une fois, c’est des outils qui sont avancés par d’autres. L’objectif, c’est de se dire, à l’instant T, l’outil qui parle à cette personne, ou la manière d’aborder les choses, c’est comme ça que ça peut l’aider. C’est à chaque fois différent. Donc, je pense qu’il faut suivre ses envies. Un peu, comme une idée d’intention, on a une envie; alors faisons-la ! Qu’est-ce qui nous en empêche ? Suivre ses envies, c’est sûrement s’aligner pour être au plus proche de sa mission, et pas une mission pressurisante. La mission de vie, c’est équilibré. C’est quelque part, donner une sorte de point de repère à ce vers quoi on va, en fait, mais il ne faut surtout pas se limiter. C’est pour ça que la mission de vie évolue tout le temps.

Leave a comment

Solve : *
9 × 21 =